Le problème des restes explosifs de guerre

De nombreux pays sont touchés par des problèmes de restes explosifs de guère. D’après le rapport de l’ONG britannique Landmine Action, 84 pays et territoires sont concernés. Parmi ceux-ci figurent le Kosovo, la Pologne ou encore le Laos.

Si les munitions n’ont pas explosé, c’est qu’il en existe autant de raisons : appareil mal fabriqué, fusible mal conçu, manipulation, stockage et transport dans de mauvaises conditions. Il est aussi possible que l’atterrissage des engins explosifs ou des munitions s’est fait d’une manière inappropriée : atterrissage sur un sol trop mou ou atterrissage amorti par la végétation, les arbres ou d’autres obstacles. Même si ces armes ne sont pas en mesure d’exploser, elles présentent cependant un risque pour les personnes qui vivent aux alentours. En Irak, par exemple, des habitants ont tenté de manipuler les stocks d’armes abandonnées par les forces irakiennes. Ces derniers ont explosé et ont fait de nombreuses victimes. Outre la manipulation, la chaleur estivale constitue un autre facteur favorisant l’explosion des munitions abandonnées.

Selon la définition juridique internationale, les restes explosifs de guerre se déclinent en deux types : les munitions non explosées ou UXO et les munitions explosives abandonnées ou AXO. Les mines, quant à elles, ne font pas partie des restes explosifs de guerre.

Les munitions non explosées (UXO)

Les munitions non explosées ou UXO correspondent aux munitions qui ont été utilisées, mais dont l’explosion a échoué. Leur taux d’échec peut être bas (entre 1 et 2 %) ou élevé (supérieur à 40 %). Plus le taux d’échec est moindre, plus l’arme a une probabilité d’explosion plus élevée. Leur échec peut, par exemple, être dû à des conditions environnementales. Pour les munitions avec des taux d’échec élevés, leur défaillance est parfois due à la qualité de fabrication d’origine.

Les munitions non explosées ou UXO peuvent être des bombes, des obus d’artillerie, des roquettes, des grenades, des mortiers, ou autres.

Les munitions explosives abandonnées (AXO)

Les munitions explosives abandonnées ou AXO correspondent aux munitions explosives qui n’ont jamais été utilisées lors d’une guerre. Elles sont jetées ou abandonnées par l’un des belligérants et qui n’est plus sous son contrôle après la fin du conflit. Ces munitions peuvent ou non être amorcées. Elles peuvent également être armées ou préparées à un usage.

Qu’il s’agisse des munitions non explosées ou des munitions explosives abandonnées, la présence de ces restes explosifs de guerre peut nuire à la sécurité des habitants ou des occupants du lieu. Ainsi, leur démantèlement et leur destruction doivent figurer parmi les priorités.

Geomines est une entreprise française qui se spécialise dans l’étude historique à la dépollution pyrotechnique de terrains et dans la destruction de munitions. Son équipe constituée de plus de 20 opérateurs peut intervenir non seulement dans l’Hexagone, mais aussi à l’international. Outre la compétence et l’expérience de son équipe en termes de décèlement et de destruction d’engins explosifs, la société bénéficie également d’une certification ISO 9001, ce qui lui permet de garantir la qualité et la performance de ses process. L’autre atout de faire appel à Geomines est qu’elle accomplit ses prestations en utilisant des outils technologiques évolués.

Que vous soyez des institutions publiques, des entreprises de bureaux, des sociétés portuaires ou autres, n’hésitez pas à faire appel à Geomines pour la destruction des restes explosifs de guerre. Pour cela, nous sommes à même intervenir, même dans des zones à risque.

Contactez-nous

N’hésitez pas à nous joindre pour toute question ou problématique.