La menace liée aux engins explosifs improvisés

L’engin explosif improvisé (IED) est, pour la plupart, fabriqué artisanalement. Il est constitué d’un certain nombre d’éléments chimiques incendiaires, explosifs et toxiques. Il peut aussi comprendre des éléments provenant des armements militaires, comme une grenade, par exemple.  Mais dans la majorité des cas, l’IED n’est constitué que des composants d’origine non militaire. Il est souvent utilisé pour faire diversion, handicaper, ralentir ou détruire.

Rares sont les engins explosifs improvisés de conception rudimentaire qui s’explosent. C’est pour cela que certains groupes conçoivent de plus en plus des engins sophistiqués contenant des substances toxiques chimiques, radioactives ou biologiques. Ils sont en fait enfouis dans le sol.

Du fait que l’engin explosif improvisé fait partie des armes non-conventionnelles, il n’existe alors aucune règle spécifique sur leur désamorçage. De plus, du fait qu’il peut contenir des éléments radioactifs ou toxiques, leur démantèlement nécessite une procédure spécifique.

De nombreux pays et territoires sont encore aujourd’hui soumis aux risques d’explosion d’IED. En 2019, par exemple, cinq États ont déploré plusieurs victimes : le Nigéria (239 morts), le Yémen (248), l’Ukraine(324), le Mali (345) et l’Afghanistan (1 538). Outre cela, Myanmar reste le seul pays qui se sert encore des mines anti personnel, et ce, depuis 2019. Quel que soit le pays, la présence d’engin explosif improvisé (IED)  constitue une vraie menace pour la population locale puisqu’il fait de nombreuses victimes chaque année. Malgré de vastes opérations menées ces dernières années en vue de leur désamorçage et de leur destruction, celles-ci s’avèrent encore insuffisantes. Ainsi, les risques sont encore aujourd’hui présents dans une trentaine d’États contaminés.

La sensibilisation aux IED

Il ne faut pas sous-estimer la présence des engins explosifs improvisés ou IED, quels que soient leur type et la technologie utilisée pour leur fabrication. Il ne suffit pas de mener des opérations de démantèlement. Les populations locales doivent aussi faire l’objet d’une sensibilisation afin de les conscientiser sur le danger que représentent ces armes presque secrètes. En cas de souci d’existence de ces engins sur une zone, par exemple, les autorités locales doivent prendre certaines mesures en vue d’empêcher les habitants de s’y rendre. Cela se fait en posant, par exemple, des balises autour de la zone contaminée.

La sensibilisation concerne également les collectivités locales. En effet, en plus de sensibiliser la population, elles doivent également mettre à jour régulièrement leur carte administrative en intégrant les zones nouvellement contaminées ou ayant le risque d’être contaminées. Une telle sensibilisation doit être confiée à des experts en matière de désamorçage d’IED.

Les formations pour faire face aux IED

Vous êtes représentant des autorités locales ou des forces armées de votre pays ? Vous cherchez des experts pour former votre équipe ou votre population pour faire face à l’engin explosif improvisé (IED)  et pour l’éliminer ? Alors, faites confiance à Geomines.  Dotés d’une connaissance pointue dans le domaine, nos techniciens sont à même de fournir divers types de formation. Ils peuvent intervenir pour des briefings de sécurité, pour la réalisation d’un projet, pour la sensibilisation sur site, etc.

Outre la formation, vous pouvez également nous confier toutes opérations de neutralisation des IED. Pour cela, nos équipes peuvent intervenir directement sur terrain avec des équipements adéquats et innovants. Nous sommes à même d’intervenir dans n’importe quel pays. Alors, pour toutes informations supplémentaires, n’hésitez pas à nous contacter.

Contactez-nous

N’hésitez pas à nous joindre pour toute question ou problématique.